Thierry Dusautoir : « Le rugby n’a été qu’une période de ma vie »

Du Dark Destroyer casqué au businessman avec plusieurs casquettes, il n’y a qu’un pas. La retraite sportive a été actée en 2017 mais tout avait été anticipé…

L’arrêt de ma carrière au bon moment

Le cheminement a été long. Même si j’aurais encore pu jouer une ou plusieurs saisons, je n’ai pas décidé d’arrêter du jour au lendemain. L’après carrière rugbystique m’a toujours obsédée. Presque depuis le début. J’ai toujours eu en tête la fragilité de sportif de haut niveau et a fortiori de la profession de rugbyman. Certes, elle est souvent intense et magnifique mais il ne faut pas oublier les conséquences des blessures et de la concurrence acharnée de chaque instant. Ainsi, qui qu’on soit, on peut sortir assez rapidement du système. Même si c’est une période importante pour moi, le rugby n’a été qu’une période de ma vie.

Entrepreneur à temps plein


Très tôt dans ma carrière de rugbyman, j’ai donc réfléchis à mon après rugby. C’est en 2005 que j’ai achevé mes études en obtenant mon diplôme d’ingénieur de l’École nationale supérieure de chimie, de biologie et de physique (ENSCBP). Quelques temps avant ma retraite sportive, j’avais également ouvert la porte de ma vie d’entrepreneur. Ainsi, je suis associé depuis 2009 avec Cesar Camy dans MS Innovations (dont allmysms.com) dans le monde du marketing mobile, qu’il s’agisse d’applications mobiles, d’envoi de SMS, etc. Participer à cette entreprise m’avait permis de penser à autre chose qu’au rugby alors que j’étais encore joueur, à m’aérer l’esprit et sortir de ce milieu-là qui était tellement prenant.
Je suis également gérant de South Market Group Europe Limited (smgel.com). Il s’agit d’une société dans le commerce de gros de fruits et légumes en provenance de l’Amérique du Sud, et notamment d’Argentine dont mon épouse est originaire.

 

Toujours la même envie

Tout au long de ma carrière, je n’ai jamais été blasé de quoi que ce soit. Lors de l’un des derniers matches que j’avais eu à disputer en Irlande en Coupe d’Europe, au Thomand Park du Munster, découvrir l’un des plus beaux public de notre sport m’avait touché. Malgré la défaite. Depuis que je ne suis plus sur les terrains, je m’investis à 100% dans mes projets avec toujours de l’appétit. C’est d’autres défis à relever mais avec toujours autant de passion et d’envie que j’ai pu le faire dans le rugby pro. Il y a évidemment bien des similitudes entre le sport de haut niveau, le management d’une équipe et le monde de l’entreprise avec ses défis.

Avril 2017 : le Dark Destroyer plaque le Munsterman CJ Stander en quarts de Champions Cup au Thomond Park de Limerick / Photo : Diarmuid Greene

Revenir dans le rugby ?

On ne coupe jamais vraiment avec le rugby…

 

 

  • Thierry Dusautoir

    Troisième-ligne - Né le 18/11/1981 (36 ans) à Abidjan (Côte d’Ivoire) - 1,88m et 100kg - Clubs : Trélissac, Périgueux, Bordeaux-Bègles, Colomiers, Biarritz, Toulouse – 80 sélections en équipe de France dont 56 en tant que capitaine – Vainqueur du Tournoi des 6 Nations 2010 - Champion d’Europe 2010 – Champion de France 2005, 2006, 2008, 2011 et 2012 – Désigné meilleur joueur mondial 2011 par l’IRB – Chevalier de la légion d’honneur.

Vous devriez aussi aimer

Pascal Ondarts : « J’achète des établissements pour y apporter ma griffe »

On me connait pour ma rudesse passée en mêlée et pour les chants (basques) ...

Rory Teague : « J’ai une grande part de français en moi »

Depuis le départ de Jacques Brunel vers l’équipe de France, on parle beaucoup de ...