Rugby d'avant
Rugby d'avant

Stade Français : la banlieue à l’essai !

On le sait, la branche « historique » du rugby français – Toulouse, Perpignan ou Clermont – ont des écoles de rugby très développées et très efficaces qui forment chaque année de jeunes joueurs, véritable vivier pour le rugby professionnel d’aujourd’hui.

Cependant, les « petits » clubs de la banlieue parisienne dont la création est plus récente et l’histoire moins glorieuse, sont aussi de vrais pourvoyeurs de joueurs d’envergure ; des jeunes qui débutent au pied de leur tour, au cœur de la cité, des bandes de copains qui aspirent à être grands, ensemble. Il n’est qu’à se remémorer les noms et les stades qui ceinturent la capitale et qui résistent à des sports plus « faciles » peut-être. Je pense bien sûr à un des clubs phares du 9.3., l’A. C. Bobigny,  fondé seulement en 1965 par des gens qui ne connaissaient pas forcément grand-chose au rugby mais qui avaient envie de se lancer. De ce club aux couleurs rouge et noir, au club house longtemps figé près de Drancy, et dérangé par l’érection de l’A 86, sont issus quelques noms familiers de l’ovalie : Valentin Courrent, Yves Donguy et tout récemment le jeune Yacouba Camara. On peut évoquer également, pour remonter un peu dans le temps, le club de Drancy créé en 1947 par quelques volontés farouches et brûlantes dont celle du célèbre Haroun Tazieff. Et puis plus récemment Massy, en 1971, et les succès qu’on lui connaît jusqu’à son accession éphémère en Pro D2. Et tous les Blanc-Mesnil, Lagny, Courbevoie, Aulnay-sous-Bois et tant d’autres.

La banlieue s’est encore mise à l’essai, ce vendredi, par le très bel exploit d’un grand espoir venu lui de… Sarcelles !, et retenu dans les trente à Marcoussis. Je parle bien sûr de Rabah Slimani, venu de sa banlieue nord planter l’espoir face à Montpellier, mener son équipe de Paris à la victoire et drainer derrière lui beaucoup de jeunes nés sur la dalle et qui l’ont tenaillée au ventre, forcément.

Tous les éducateurs de Seine-saint-Denis ou du Val d’Oise, de l’Essonne ou des Hauts-de-Seine savent que des pépites désœuvrées musardent entre les murs ; et des joueurs comme Camara, Slimani ou Donguy sont les espoirs de redonner au sport en général, et au rugby en particulier, sa vocation d’émancipation et d’épanouissement.

Merci Rabah !

 

Share with

Récents

Peut-on douter de la victoire de Toulouse contre Bordeaux ce soir en finale du Top14 ?
La finale qui opposera ce soir l’UBB à Toulouse est inédite. Pas tout à fait nous rappelle cependant Laurent Bellet puisque en 1991 le stade Béglais avec à sa tête…
Brennus, le bouclier du bonheur
C’est la plus belle journée de l’année pour tous les rugbymen français. Jour de finale, une parenthèse dans la vie des supporters, des joueurs. Le Brennus, ce bout de bois…
Kappa mise sur la force intérieure du rugby avec le Stade Français
Kappa®, la marque du logo Omini, a démarré le 7 juin une campagne digitale « Winning Starts Within », qui met en avant le Stade Français Paris. La campagne souligne…
On aimerait (on ne parie plus :-)) une finale Toulouse – UBB
Toulouse était imbattable hier surtout à 13 contre 15. Bien sûr il y a les régles mais le carton rouge d’Uini Atonio nous semble sévère. L’histoire retiendra que l’arbitrage vidéo…
On parie sur une finale : La Rochelle-UBB
Comme tout le monde on sait que Toulouse est son armada d’internationaux sont invicibles à domicile et que La Rochelle se prend souvent les pieds dans le tapis quand ils…

ON RECOMMANDE

Le bilan du Super Rugby après la victoire des Hurricanes
La planète ovale à l’époque de Johan Cruyff
#skillschallenge : travaillez la précision de vos passes !
Participez aux #skillschallenges Ipsa de Branchezrugby !
RECHERCHE
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !