1
– Premier titre européen de l’histoire des Saracens et de Montpellier : en 2 finales franco-anglaises, chaque nation a eu son titre après que les 2 aient dominé sans partage la saison européenne.

8
– En s’imposant samedi face au Racing 92, Vunipola et ses coéquipiers mettent fin à 8 ans de disette pour le rugby anglais (le dernier titre anglais remonte à 2007, victoire des London Wasps).

21
– 21 ans, c’est le jeune âge de Maro Itoje élu meilleur joueur de Champions Cup. Le 2ème ligne est un monstre, un phénomène dont on vous tirera très prochainement le portrait.

79
– L’ouvreur des Harlequins, Botica, finit meilleur réalisateur de la Challenge Cup. Remplaçant samedi, son choix de taper au pied (alors que l’équipe perdait de 7 points) est regrettable mais ne doit pas effacer l’excellente compétition qu’il a réalisé.

84
– Avec 84 plaquages réalisés, Fulgence Ouedraogo finit meilleur défenseur de Challenge Cup. Le capitaine du club héraultais a une nouvelle fois été exemplaire vendredi soir et forment une 3ème ligne très séduisante avec Spies et Qera (96 ballons portés).

127
– Owen Farrell a été extrêmement précis et précieux en finale, en signant 21 points à 100%. Par toujours très fiable et objet de critiques, l’ouvreur a agi en champion. Il finit même meilleur réalisateur de Champions Cup, avec 127 points ou compteur.

Tags:

  • Gillen Gamiochipi

    Gillen est data-journaliste et responsable éditorial de Branchez Rugby.

  • Afficher les commentaires

Vous devriez aussi aimer

Finale Challenge Cup : face à Clermont, le danger est partout

Meilleure attaque de Top 14 avec presque 33 points marqués par match (et 3,6 ...

Champions Cup : le Racing 92 en pleine euphorie offensive

En préparation de son quart de finale à domicile, le Racing 92 aura bouclé ...

Finale Champions Cup : l’axe Chat-Nakarawa-Nyanga a la clé du match

Camille Chat, maintenant c’est lui le boss Sa montée en responsabilité s’est faite progressivement ...