Laurent Arbo : « La prépa physique ? D’abord du plaisir »

On me connait aujourd’hui surtout en tant que recordman d’essais marqués en Top 14, talonné par Vincent Clerc et Aurélien Rougerie. Mais que savez-vous du culte que je voue au corps, à sa préparation ou sa récupération ? Voici mes métiers : 3, 2, 1, Go !

 

Formation

A la base, j’ai un diplôme de STAPS à Toulouse. Puis à chaque passage dans un club en tant que joueur, que ce soit à Perpignan, Pau ou Montpellier, j’en ai profité pour me former et valider des formations par des diplômes comme prépa physique à Bordeaux ou avec un brevet d’état rugby non loin de Montpellier. En même temps que j’étais rugbyman de haut niveau, j’ai toujours continué d’apprendre et d’avoir un œil sur mon après carrière. Après le Mondial 2011, mes premières expériences en clubs pros ont eu lieu à Agen puis Castres.

Laurent ARBO – 30.08.2006 – Montpellier / Castres – 3e journee du Top 14
Photo: Icon Sport

Préparateur physique

A l’issue de ma carrière de joueur, j’ai d’abord œuvré pour Provale, le syndicat des joueurs. Puis lors de la saison 2009-2010, le virus de la préparation physique m’a vite gagné lorsque j’ai rejoint un ancien coéquipier, Patrick Furet, alors coach de Lannemezan pour m’occuper de la prépa. En 2011, j’ai eu la chance de faire partie du staff de l’équipe de France lors de la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande, ce qui m’a bien fait connaître.

 

Son rôle à l’Usap

Je ne suis pas seul en tant que préparateur physique de l’Usap aujourd’hui. On forme un trio. L’un sans l’autre, on n’existe pas, tant nos compétences sont très distinctes. Ange-François Costella a quitté le club de foot de l’Olympique Lyonnais pour nous apporter son savoir-faire en termes de réhabilitation, de ré-athlétisation, de nutrition et de diététique. Marc Millau est pointu sur tout ce qui est courses et travaille énergétique. Personnellement, en plus de la muscu ou de l’utilisation des GPS au quotidien, mon passé de rugbyman de haut niveau me sert. J’ai la fibre rugby et je ressens des choses que des collègues ne sentent pas.

L’utilisation des GPS

Ces petits éléments que l’on positionne en haut du dos dans les maillots, nous permettent de recevoir une grande quantité de datas ; des données comme la fréquence cardiaque, le taux d’hydratation ou la mesure des impacts que l’on croise avec d’autres données ou avec d’autres facteurs. Essentiellement, cela nous permet de gérer l’entraînement du lendemain que l’on va écourter ou intensifier selon les efforts de la veille et par rapport aux capacités en charges de travail du joueur. Cette cartographie de la prépa de chaque joueur au jour le jour est essentielle. Le croisement des données est primordial pour emmener le joueur vers des charges de travail optimales.

 

La création de l’ITEPS

Cela faisait un petit moment que j’avais besoin de créer quelque-chose. Être salarié d’une structure, ça m’allait bien mais j’avais besoin de temps en temps de pouvoir sortir de cette structure-là pour m’accomplir sur des choses que je savais faire. Quand il y a trois-quatre ans le kiné-osthéo Hervé Escourrou est venu me chercher afin de créer un centre de kiné pas comme les autres en rajoutant une dose de prépa physique, j’ai accroché. Nous avons fait des réunions et avons été cherché une troisième personne avec Gildas Moro, ancien de Colomiers et masseur. J’ai alors pu construire le plateau de ce centre avec toutes les activités, services et machines que nous allions proposer. Nous avons alors présenté notre projet à la clinique d’Occitanie à Muret en banlieue de Toulouse où nous étions en concurrence. Notre dossier est arrivé en tête, notamment car les chirurgiens de la clinique ont vu le très haut niveau de compétence proposé avec ce projet, ce qui allait tirer leur établissement vers le haut.

Laurent Arbo, à droite, en plein discussion avec deux joueurs de l’Usap à l’ITEPS : Jean-Bernard Pujol et Alan Brazo (allongé). / Photo Stéphane Operti

Un centre unique

Sur une surface à taille humaine où il ne faut pas courir d’un endroit à un autre, vous trouverez des équipements de rééducation, de massage, de musculation, de cryothérapie, de balnéothérapie, d’hypoxie, de courses sur différents supports, etc.
Il s’agit d’une structure de haut niveau dédiée à tout le monde. On a voulu recréer ce que l’on peut retrouver dans des clubs pros de rugby mais ouvert à tout un chacun. Il est essentiel que l’accès aux machines high tech soit accessible à tous.
Le fait aussi que les sportifs de haut niveau se mêlent à Monsieur et Madame tout le monde, c’est bénéfique pour tout le monde. Le sportif de haut de niveau tire les autres vers le haut et les personnes qui souffrent dans leur rééducation apportent aussi plein de belles valeurs aux sportifs. Il y a un jeu complexe, des connivences qui se créent sur le plateau, ce qui est assez sympa. Sans compter que cela nous enrichie aussi nous les encadrants.
En plus des domaines de prédilection des trois fondateurs, nous avons des intervenants extérieurs comme Bruno Izaac (sophrologue) mais aussi des préparateurs mentaux, des diététiciens, des podologues, dentistes, orthoptistes, psychologues, … A l’avenir, nous travaillons à la possibilité de développer cette structure en plusieurs endroits.

Alexandre Menini en préparation avec Laurent Arbo / Photo ITEPS

 

Une semaine chargée

Dans la mesure où l’Usap joue beaucoup le dimanche, le lundi matin, nous prenons un brunch copieux en commun au club. Le premier repas du lendemain d’un match est très important. Il y a aussi un travail de récupération pour les joueurs qui ont joué et du travail physique pour les autres. Le mardi, c’est un J+2 alors c’est off, sauf pour les blessés qui viennent travailler. Les mercredi et jeudi sont les deux journées les denses avec beaucoup de rugby, de muscu et de travail individuel, le tout en mode journée continue. On mélange de plus en plus le travail technique avec le physique pour se rapprocher des conditions réelles. Le vendredi ou J-2 est aussi une journée off quand le samedi va être consacré au dernier entraînement du capitaine.
Habitant Toulouse, je fais les allers-retours quotidiennement avec Perpignan. Du coup, les jours offs, je suis présent à l’ITEPS, en plus de tous les coups de fil de la semaine avec Maxence qui coordonne tout le plateau sur place et s’occupe de notre communication. Et bien sûr, je suis aussi un père de famille heureux avec trois enfants.


Un conseil ?

Quelle que soit votre activité physique et votre niveau, déjà, il faut se faire plaisir. Dès qu’il y a cette notion, derrière, on y met naturellement des ingrédients de préparation, récupération, hygiène, etc. Bien évidemment, la valeur travail est ensuite incontournable. Le talent fait la différence mais le travail vous permet d’arriver à certains résultats. Personnellement, en ayant beaucoup travaillé, j’ai été un bon joueur. Pas un grand joueur avec 40 sélections mais un bon joueur.

 

Sa plus grande fierté

Même si ce fut un moment douloureux au final, amener l’équipe de France en finale de Coupe du monde en Nouvelle-Zélande à l’Eden Park et n’y perdre que d’un point contre les All Blacks fut une grande fierté. Les émotions vécues sont inoubliables. Exceptionnelles.
Concernant l’ITEPS, quand on nous a remis les clés du centre sur lequel on avait tant travaillé depuis la toute première feuille blanche c’était vraiment un joli truc.
La troisième fierté, ce serait de faire remonter l’Usap en Top 14. Malgré quelques soucis, je crois en ce projet avec Patrick Arlettaz qui est un ami. Un défi de plus.

Laurent ARBO – 17.11.2006 – Montpellier / Stade Francais – 14eme journee du TOP 14
Photo : Nicolas Guyonnet / Icon Sport

 

Son record d’essais

Plus que les 100 essais marqués en élite, je suis fier d’avoir pu durer dans ce sport sans avoir le physique d’un Rougerie ou d’un Jonah Lomu que j’ai croisé une fois d’ailleurs. Malgré les épreuves, j’ai pu faire mon petit bonhomme de chemin. Après, si j’ai beaucoup marqué, c’est aussi que j’aimais ça.

  • Ailier - Né le 23/02/1973 (44 ans) à Béziers - 1,73m et 82kg - Clubs : Perpignan, Brive, Pau, Castres, Montpellier, Blagnac - Vainqueur du Challenge Cup en 2000, 2003 et 2004 - International France A et à 7 - Recordman du nombre d’essai en élite (100)

  • Show Comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *

comment *

  • name *

  • email *

  • website *