Jean-Laurent Granier, président du Rugby Club : « Même si une entreprise a besoin de structures et de management comme une équipe de rugby a besoin d’un capitaine et de coachs, le rôle de chacun est essentiel pour que cela fonctionne »

Président directeur général de Generali France, filiale française de la troisième compagnie d’assurances au monde, Jean-Laurent Granier est aussi président du Rugby Club. Cette association rassemblant des chefs d’entreprises autour des valeurs du rugby  développe des actions caritatives et prépare la Coupe du Monde 2023. Entretien.  

BranchezRugby –Le Rugby Club a connu, comme toute la communauté du Rugby, une année 2020 un peu spéciale. Comment l’avez-vous vécu ? 

Jean-Laurent Granier- Au sein du Rugby Club, nous sommes témoins et baromètre du monde du rugby qui a vécu cette année spéciale comme tout le monde : d’abord dans la stupéfaction puis nous nous sommes adaptés. Plus de matchs, le Tournoi des six nations qui ne peut pas se terminer, le Top 14 interrompu, pour la première fois depuis la Guerre le bouclier de Brennus n’a pas été octroyé, nous avons été privés de notre passion. Le lieu de convivialité du Rugby Club qui accueille quotidiennement ses membres et lors de soirées mensuelles a été provisoirement fermé. Nous avons alors cultivé notre nostalgie en visionnant des grands matchs que Canal + nous a proposés. Puis au dernier quadrimestre de l’année 2020, il a fallu s’adapter comme le reste de la population. Les équipes ont joué dans des stades vides, ce qui produit une sonorité particulière et une ambiance un peu surréaliste car ces stades semblent encore plus grands. Au Rugby Club, nous avons créé des apéros et des rencontres digitales qui nous ont permis de nous associer à certains de ces matchs.

Arthur Vincent (à gauche) et Romain Taofifenua célèbrent la victoire au coup de sifflet final après le match des Six Nations Guinness à l’Aviva Stadium de Dublin. Photo by Icon Sport – Romain TAOFIFENUA – Arthur VINCENT – Aviva Stadium – Dublin (Irlande)

BranchezRugby – Quels enseignements tirez-vous de cette période ?

Jean-Laurent Granier- D’abord que la capacité d’adaptation des sociétés et des organisations est très grande. On l’a vu par exemple avec le développement du click & collect et des services à domicile. On a vu aussi de la solidarité se manifester de manière spontanée, nous avons essayé d’en prendre notre part autour des clubs de rugby en soutenant des associations avec par exemple la vente de masques aux couleurs du Rugby Club à leur profit. Puis la vie a repris le dessus grâce aussi à la technologie. Nous avons donc organisé de nombreuses rencontres digitales. Nous avons même créé une loge virtuelle pour regarder les premiers matchs du Tournoi avec des commentaires de Pierre Villepreux et d’Abdelatif Benazzi. En digital, nous avons recommencé à partager autour des valeurs que nous portons et autour de projets communs vis-à-vis des clubs, des associations, des causes environnementales. Nous avons aussi continué notre chemin pour préparer la Coupe du Monde  2023 afin de célébrer cet événement comme il se doit en tant que passionnés de rugby. Même si le digital ne remplace pas le contact, il permet de le maintenir. Je me demande d’ailleurs ce qu’il se serait passé dans les mêmes circonstances il y a vingt ans sans les moyens actuels de communication.  

BranchezRugby – Pour 2021, avec Bruno Rambaud, le vice-président, il semble que vous souhaitez faire évoluer les missions du Rugby Club. Quelles sont les grandes lignes ? 

Jean-Laurent Granier- La raison d’être du Rugby Club a toujours été d’établir un lien entre le rugby professionnel et tous les rugby ainsi que les entreprises et l’activité professionnelle. Nous souhaitons donner encore plus d’intensité au lien que nous apportons aux équipes féminines par exemple. Nous avons aussi des projets spécifiques de soutien aux associations, des projets spécifiques pour la reconversion des joueurs professionnels avec un partenariat avec Provale le syndicat des joueurs. Nous avons fait prendre tout son essor au cercle d’une vingtaine de grandes entreprises qui soutiennent le Rugby Club et dont les dirigeants partagent les valeurs d’intégration, d’efforts collectifs, d’intelligence et de réussite collective du rugby  et qui considèrent que ce sont de beaux symboles pour le fonctionnement collectif d’une entreprise. Enfin, nous menons des réflexions sur l’environnement et l’impact carbone de toutes nos activités. Comme le rugby a de l’audience, il peut être utile pour faire réfléchir les gens sur ces questions. Nous avons en ligne de mire la Coupe du Monde 2023 en France où le Rugby Club a vocation à son niveau d’être un acteur de cet événement. Enfin,  Le Rugby Club est désormais la maison de l’association IRF qui rassemble les internationaux du rugby français. De la même manière que nous sommes un trait d’union entre le monde du business et le monde du rugby, nous sommes également un trait d’union entre l’histoire, le présent et le futur à travers l’IRF. 

BranchezRugby – Quelle sont plus spécifiquement les valeurs et missions qui vont être portées par ce club de grandes entreprises en 2021 et au-delà ?

Jean-Laurent Granier- Ce sont des entreprises internationales ou nationales qui considèrent le rugby comme un miroir du monde de l’entreprise et une école de l’intégration, de la diversité des talents, de la célébration de la réussite collective. C’est un acte de foi de leurs dirigeants vis-à-vis de ce que représente le rugby. Ce partenariat avec le Rugby Club  leur permet de s’associer à nos différentes initiatives et rencontres, de profiter de nos locaux pour mener des actions propres à leur entreprise. C’est aussi un moyen pour ces dirigeants qui ont une culture rugby d’échanger entre eux par exemple sur le thème du mangement ou sur leur engagement sociétal de type RSE.   C’est aussi un moyen pour ces dirigeants qui ont une culture rugby d’échanger entre eux par exemple sur le thème du mangement ou sur leur engagement sociétal de type RSE. La perspective de la Coupe du Monde 2023 est importante dans ce cercle des grandes entreprises car au-delà des questions de sponsoring qui ne sont pas de notre ressort, il s’agit de ne pas passer à côté d’un événement aussi rare car se déroulant tous les quatre ans.

Membres de l’équipe de candidature France 2023 lors de l’annonce du pays hôte de la Coupe du monde de rugby 2023 au Royal Garden Hôtel de Kensington à Londres le 15 novembre 2017. Photo: PA Images / Icon Sport

BranchezRugby – Vous dirigez vous-même une grande entreprise du secteur de l’assurance, quelles sont les valeurs d’entreprise qui vous semblent renforcées ou nouvelles dans la période actuelle ? 

Jean-Laurent Granier- Je pense que les valeurs de fonctionnement collectif sont renforcées par la période actuelle. Comme il faut trouver des moyens de réduire la distance et renforcer les liens, la communication, l’échange, les rencontres digitales, le partage d’informations, l’écoute sont des comportements encore plus nécessaires. Cette situation a poussé à réinventer le rôle du management et des cadres, c’est ce que nous appelons le « new way of working », la nouvelle manière de travailler. La conviction qui s’est installée est que l’on devra à l’avenir organiser les entreprises avec un mélange de travail à distance et de travail sur site et en donnant plus de flexibilité et autonomie aux collaborateurs.

BranchezRugby – Par rapport à la passion que vous avez pour le rugby, en quoi votre expérience passée de ce sport vous a été utile en tant que dirigeant notamment durant cette crise sanitaire ?  Pour finir, comme on dit dans le rugby moderne, avez-vous un skill emprunté au rugby à partager avec ceux qui nous lisent ? 

Jean-Laurent Granier- Le rugby est une école de la vie, de l’effort, de l’humilité qui apprend que pour faire fonctionner un effectif il faut combiner des rôles et des skills très variés. S’il y a un enseignement très fort que j’ai retenu du rugby, c’est celui là. Pour bien faire fonctionner une entreprise, la diversité est essentielle avec l’humilité de se rendre compte que la star doit être le collectif et pas l’individu. Même si une entreprise a besoin de structures et de management comme une équipe de rugby a besoin d’un capitaine et de coachs, le rôle de chacun est essentiel pour que l’équipe fonctionne. Personnellement, j’aurais deux choses à partager : d’abord l’importance des fondamentaux et du bon sens puis, ensuite, la compréhension du rôle du capitaine: voila que m’a appris le rugby. Le capitaine est celui qui montre l’exemple, garde en tête le plan de jeu et suscite la réaction collective quand elle est nécessaire.

Jacques Fouroux, Jean-Pierre Bastiat, Jean-Pierre Rives, Michel Palmie of France lors du match du Tournoi des Cinq nations de 1977 entre la France et l’Écosse, au Parc des Princes – Photo by Agence Ferguson / Icon Sport


Site web : https://lerugbyclub.com

Tags:

  • Vincent Biard, journaliste depuis plus de 20 ans est passionné de sport de glisse. Il a collaboré à différents magazine surf et tendances dans sa carrière. Sa vision humaniste et sociétale des sportifs est partagée dans les articles qu'il écrit pour Branchez Rugby. Vincent est aussi un spécialiste des tendances digitales et collabore à différents supports professionnels.

Vous pourriez aimer aussi