Six Nations : Les forces en présence (1ère partie)

6 Nations

Un tournoi des 6 Nations une année de Coupe du Monde est toujours particulier. Entre revue d’effectifs, tests de nouveaux joueurs en prévision de la compétition planétaire et ambition pour le tournoi européen, le choix des coaches (et donc leur discours) n’est jamais totalement transparent. Dans ce contexte si particulier, l’Angleterre a souvent tiré son épingle du jeu. Si la France compte le plus grand nombre de victoires dans le Tournoi depuis 1987, date de la première Coupe du Monde, c’est bien l’Angleterre qui domine sur les années où le trophée Webb Ellis est également en jeu : le XV de la Rose a remporté 4 des 7 Tournois disputés sur ces années-là (la France, 2 et l’Ecosse, 1).
Avant de disputer SA Coupe du Monde, l’Angleterre part favorite mais son calendrier est compliqué et aucune équipe n’affiche réellement un niveau de jeu supérieur aux autres. Revue des forces en présence.

France
Depuis que PSA est sélectionneur de l’équipe de France, les Bleus n’ont gagné que 48% de leurs matchs. Pire, ils n’ont remporté que 47% des confrontations face aux nations participant au 6 Nations ! Pendant 3 années d’affilée (de 2012 à 2014) et alors que cela n’était pas arrivé depuis 2001, Thierry Dusautoir et ses coéquipiers ont fini en dehors du podium du Tournoi. Le problème est que le manque de résultat de l’équipe ne se limite pas à cette compétition, puisque les tournées sont également décevantes : après une triple confrontation face à l’Australie catastrophique l’été dernier (3 défaites, dont 2 très lourdes), l’équipe de France avait entamé la tournée d’automne de la meilleure des manières avec une belle revanche contre ces mêmes Australiens et une victoire facile face aux Fidji. Mais une défaite face à l’Argentine est venue détruire cette embellie et souligner le manque de constance de nos Bleus.
Ce Tournoi 2016 s’annonce compliqué car l’équipe de PSA doit se déplacer chez les 2 favoris, l’Irlande et l’Angleterre. Cependant, elle est tout à fait capable de gagner un de ces 2 déplacements et donc jouer la victoire finale : les Bleus ne sont jamais meilleurs que quand on ne les attend pas. Si le Grand Chelem est quasi-impossible, la victoire est jouable, à condition de se montrer également intraitable à domicile.

Angleterre
On l’a vu, l’Angleterre aime les tournois d’avant Coupe du Monde. Alors sur année où la compétition phare du rugby se déroule à domicile, l’envie d’envoyer un message clair à toutes les nations fortes du rugby sera énorme. Mais Stuart Lancaster doit composer avec beaucoup d’absents et le calendrier n’est pas forcément des plus évidents. Depuis la dernière Coupe du Monde, les Anglais ont gagné 58% de leurs matchs : ils sont surtout la nation dominante de l’hémisphère Nord sur cette période, en gagnant les 3/4 quart des rencontres contre une équipe européenne. Cela ne leur a cependant pas suffi à gagner le Tournoi, puisqu’ils ont fini par 3 fois à la 2ème place !
A l’image d’un XV de France en difficulté face aux Nations du Sud, l’Angleterre a perdu tous ces matchs de la tournée d’été (3 défaites face à la Nouvelle-Zélande) et a connu des test-matchs d’automne mitigés (2 victoires pour 2 défaites).
Le XV de la Rose commence par un déplacement au Pays de Galles. Une défaite réduirait fortement ses chances de victoire finale, car un autre déplacement plus difficile encore les attend : pour la 3ème journée, les Anglais se rendront en Irlande pour le choc probable de ce Tournoi.

Tags:

  • Gillen est data-journaliste et responsable éditorial de Branchez Rugby.

  • Show Comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *

comment *

  • name *

  • email *

  • website *