Pro D2 : Une finale extrêmement équilibrée !

Cette finale de Pro D2 était attendue : elle oppose Bayonne, 2ème de la phase régulière, à Aurillac, 3ème. Pourtant, sur le plan purement économique, tout oppose les 2 clubs : l’Aviron affiche le 2ème budget de Pro D2 (11M), juste derrière Lyon, tandis que le club du Cantal ne pointe qu’au 11ème rang, avec un budget plus de 2 fois inférieur à celui de son rival (4,5M). Samedi, les compteurs seront remis à zéro et aucun favori ne se dégage clairement.

La régularité

Les Bayonnais sont restés quasiment toute la saison dans le Top3 et ont occupé la 2ème place pendant 19 journées. Très performants à domicile (14 victoires en 15 matchs), ils ont également le 2ème meilleur bilan à l’extérieur (5 victoires et 1 nul pour 9 défaites). Les Aurillacois ont fini la phase régulière invaincus à Jean Alric. Ils ont par contre été à peine moins en réussite en déplacement (3 victoires seulement).
In fine, les 2 clubs ne finissent qu’avec 5 points d’écart, soit l’équivalent d’une petit victoire bonifiée. Avantage Bayonne.

La forme du moment

Monribot et ses coéquipiers restent sur une bonne série de 5 victoires en 6 matchs : ils ont notamment battu Colomiers en demi et Mont-de-Marsan juste avant. Sur la même période, les Cantaliens ont perdu un match de plus mais comptent également quelques victoires références (Biarritz, Perpignan et Mont-de-Marsan en demi).
Avantage Bayonne.

L’attaque,la défense

La défense des 2 équipes est d’un niveau équivalent, avec environ 20 points encaissés par match. Par contre, le Stade Aurillacois se distinguent par son efficacité offensive : 24 points marqués en moyenne contre 22 pour l’équipe Basque. Sur le plan offensif, le duel d’artificier entre le meilleur réalisateur du championnat, Petitjean, et Bustos Moyano sera une des clés du match.
Avantage Aurillac.

Les confrontations directes

En janvier, Bayonne l’a emporté petitement (13-12) tandis qu’Aurillac s’est imposé plus largement, 23-10 en mars.
Avantage Aurillac.

  • Gillen est data-journaliste et responsable éditorial de Branchez Rugby.

  • Show Comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *

comment *

  • name *

  • email *

  • website *