Pro D2 – Narbonne-Aurillac : où est passé l’attaque narbonnaise ?

Mais qu’arrive-t-il à Narbonne ? Les Narbonnais ont réalisé une belle saison 2013-2014, où ils ont fini à la 5ème place de la phase régulière. Annoncés logiquement comme outsiders à la montée, ils connaissent un début de saison 2014-2015 très compliqué : ils ont perdu tous les matchs à l’extérieur et ont subi 2 gros revers à domicile en 4 matchs.
Ce manque de résultat vient sans aucun doute des difficultés offensives du club audois : l’année dernière, le club affichait la 2ème meilleure attaque de Pro D2, avec 27 points marqués en moyenne par match. Cela était largement suffisant pour compenser une défense plutôt moyenne. Depuis le début de saison, Clint Eadie et ses coéquipiers n’ont marqué que 19 points par match en moyenne, soit le 14ème total de Pro D2. Pire, ils n’ont marqué que 9 essais, soit le plus faible total du championnat. Ce manque de rendement offensif est particulièrement criant à la maison : pour son premier match à la maison, Narbonne n’a marqué que 12 ; si elle s’est bien ressaisie par la suite, avec 25 points face à Béziers et 38 face à Albi, l’équipe a montré de réelles limites face à Pau avec seulement 11 points marqués.

Face à une équipe d’Aurillac qui connait les mêmes difficultés offensives (seulement 10 essais marqués), Narbonne doit retrouver son jeu de l’an dernier.

Tags:

  • Gillen Gamiochipi

    Gillen est data-journaliste et responsable éditorial de Branchez Rugby.

  • Show Comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *

comment *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous pourriez aimer aussi

Pro D2 : Une finale extrêmement équilibrée !

Cette finale de Pro D2 était attendue : elle oppose Bayonne, 2ème de la ...

Pro D2 : Lyon-Carcassonne : une victoire annoncée même sans Chabal

L’avant dernier de la Pro D2, Carcassonne, se déplace chez le leader incontesté de ...

Mont de Marsan : le maintien en top 14 c’est déjà maintenant !

L’avantage de l’ivresse sur la bêtise, c’est qu’elle dure moins longtemps. Jean-Robert Cazeaux semble ...