Pas de cadeau de Saint Valentin pour les Italiens

Autant le dire franchement, malgré un excellent match au Stade de France, l’Italie ne semble clairement pas en mesure de battre l’Angleterre ce dimanche.

Le message de l’Angleterre est passé !

En allant battre l’Ecosse chez elle, le XV de la Rose s’est rassuré : très performante en défense, l’équipe a su contenir les attaques écossaises après avoir fait la différence en début de chaque période. Avec un Haskell très présent au combat et un Vunipola qui a multiplié les courses, l’Angleterre a envoyé un message fort à la concurrence : il faudra compter sur elle pour le titre. D’autant plus qu’après ce match en Italie, elle aura 2 matchs consécutifs à domicile !
Côté italien, on risque de ruminer longtemps ce match au Stade de France : jamais la victoire en France n’avait été aussi proche. Malgré tout, le niveau de jeu affiché par la Squaddra Azzura est très intéressant et semble enfin en progression. Enfin, pour qu’il y ait une vraie progression, il va falloir enchainer un 2ème match à ce niveau.

Avec un peu plus de réussite au pied, l’Italie peut accrocher l’Angleterre pendant 50 à 60 minutes. Mais sur 80 minutes, les statistiques historiques plombent sérieusement les chances des Italiens.
Ils n’ont toujours pas gagné le moindre match contre les Anglais (21 défaites) et l’écart est souvent abyssal.

La stat : L’Angleterre gagne en moyenne par 27 points d’écart contre l’Italie.


Bref, le XV de la Rose devrait l’emporter à Rome.

Tags:

  • Gillen Gamiochipi

    Gillen est data-journaliste et responsable éditorial de Branchez Rugby.

  • Show Comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *

comment *

  • name *

  • email *

  • website *

You May Also Like

Messieurs, samedi soir, faites-nous « vibrer le panache » !

Certes, il y a les analyses, les analystes, les exégètes, les chiffres, les statistiques, ...

Jonathan SEXTON

Les britanniques font toujours des histoires !

Toute la semaine, la presse anglaise a fustigé le traitement réservé à Jonathan Sexton ...