Narbonne a la côte avec les Qataris malgré la galère en Pro D2

groupe Narbonne

Alors que l’on évoque l’intérêt porté par un fond qatari au club de Narbonne qui évolue en Pro D2, nous nous sommes intéressés à l’état purement sportif du club méditerranéen.

D’abord un bref bilan historique s’impose, car le RCNM, malgré son absence en Top 14, est bel et bien l’un des clubs les plus emblématiques du rugby français. De 1919 à 2007, il s’est ainsi maintenu en première division, remportant au passage 2 titres de champion de France et 9 challenges Yves du Manoir. Une base historique à laquelle les Qataris sont généralement très attachés et qui explique au moins en partie leur intérêt pour le club.

Narbonne, habitué à la 2ème partie de tableau

Sauf que depuis sa descente en 2007, Narbonne n’a que trop rarement joué les premiers rôles ! Ainsi, entre 2009 et 2012, les Blacks de Méditerranée ont systématiquement fini dans la 2ème moitié de tableau. Ils ont même frôlé la descente en terminant 13ème sur la saison 2010/11 et 14ème sur la suivante. Le club basculait ensuite sur une excellente dynamique, atteignant notamment la 5ème place en 2013/14, grâce notamment à l’un des plus beaux jeux d’attaque du championnat. Mais cette progression a pris un sérieux stop quand, la saison dernière, les joueurs narbonnais ont galéré toute la saison pour finalement la conclure au 14ème rang !

De nouveau fiable à domicile

Cette nouvelle saison démarre un peu mieux pour le RCNM. Actuellement 9ème, le club présente un bilan équilibré de 4 victoires pour 4 défaites. Le principal point positif est qu’il est resté invaincu à domicile, sa grosse faiblesse sur l’exercice précédent : des clubs comme Aurillac (actuellement 2ème) ou Mont-de-Marsan (finaliste l’an dernier) ont subi la loi narbonnaise au Stade de la Méditerranée !

Pour regarder plus haut encore, et sans tout miser sur la puissance financière qatari (dont les intentions ne sont pas toujours suivi d’actions), les Narbonnais doivent maintenir leur invincibilité chez eux mais aussi réussir à signer quelques coups à l’extérieur. Et si le premier coup à l’extérieur était une victoire du côté de Biarritz ?

Tags:

  • Show Comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *

comment *

  • name *

  • email *

  • website *