Avec ce 8 de devant, les Bleues peuvent viser le Grand Chelem

Face à l’Italie, l’équipe de France féminine n’a pas fait de détail : 6 essais plantés, pas un seul point encaissé et une victoire finale 39-0 ! En infligeant une énorme défaite à la seule équipe qui les avait battues lors de l’édition précédente, les Françaises parfaitement réussi leur entrée. De quoi viser le Grand Chelem ? Et pourquoi pas !

L’énorme perf’ du pack contre l’Italie

Depuis 6 ans, les Bleues ne sont jamais très loin de la victoire dans le Tournoi de 6 Nations : elles ont finies à 5 reprises 2ndes et ont même remporté la compétition en 2014, Grand Chelem à la clé. Cette année, avec 3 rencontres à domicile, Gaelle Mignot et coéquipières sont donc logiquement parmi les favorites pour le titre.
Samedi, les filles managées par Karl Janik ont été largement au-dessus de leur adversaires transalpines. Le pack de devant a notamment été très performant : Safi N’Diaye, la 3ème ligne, a été de tous les bons coups, la revenante 2ème ligne Audrey Forlani y est allé de son petit doublé et l’ensemble du 8 de devant a été récompensé par un essai de pénalité. Avec une telle puissance, le XV de France peut voyager !

Bien sûr, les Françaises ne sont pas seules : leurs principales rivales, l’Irlande et l’Angleterre, ont également réussi leur entrée avec des victoires tout aussi confortables (respectivement 21-3 contre le Pays de Galles et 0-32 en Ecosse). Mais les Bleues ont l’avantage de recevoir ces 2 équipes !
Ce samedi, elles recevront les Irlandaises : une victoire les mettrait directement sur la trajectoire d’un possible Grand Chelem.

Tags:

  • Gillen Gamiochipi

    Gillen est data-journaliste et responsable éditorial de Branchez Rugby.

  • Show Comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *

comment *

  • name *

  • email *

  • website *

You May Also Like

Irlande, Ecosse, à qui la confirmation ?

Après un début de Tournoi compliqué (1 nul et 2 défaites), la réaction irlandaise ...

Les larmes d’un Bleu !

La victoire est belle mais les larmes le sont aussi ! Si l’Italie, fière ...

L’Ecosse, souffre-douleur des Français !

Quasi-assurés de ne pas finir dernier du Tournoi, les Ecossais n’en deviennent que plus ...