Coupe du Monde : notre XV-type de la compétition

PILIER GAUCHE : Steven KITSHOFF (AFS)

  • Entré en jeu peu après la mi-temps lors de la finale, Kitshoff a continué de mettre la mêlée anglaise en difficulté. Il a disputé les 7 matchs de son équipe, pour 26 ballons portés et 93% de plaquages réussis. De quoi assurer la relève de « The Beast » Mtwarira qui a annoncé sa retraite internationale.

TALONNEUR : Mbongeni MBONAMPI (AFS)

  • Solide en mêlée et en touche, le talonneur des Stormers a été le fer de lance du pack sud-africain. Avec trois essais en six rencontres, et un 100% au plaquages (33/33), il a éclaté aux yeux du monde durant la compétition.

PILIER DROIT : Kyle SINCKLER (ANG)

  • Sa sortie sur KO dès le début du match en finale a été le tournant le match, tant la mêlée anglaise a été mis au supplice après sa sortie. Il a participé à toutes les rencontres de son équipe, pour un essai et 43 mètres parcourus ballons en main. Il n’a cessé de dynamiser le jeu de son équipe.

SECONDE LIGNE : Eben ETZEBETH (AFS)

  • On connaissait le futur Toulonnais surpuissant. Il l’a encore prouvé durant la compétition. Titulaire indiscutable, il n’a cessé de batailler dans les zones de ruck et mettre son équipe dans l’avancée. 39 mètres parcourus, 47 plaquages et un titre de champion du monde pour le géant vert.
epa07858714 Same Cane (R) and Aaron Smith (9) of New Zealand blocks Steven Kitshoff (C) of stops Eben Etzebeth (C) of South Africa during the Rugby World Cup 2019 between New Zealand and South Africa in Yokohama, south of Tokyo, Japan, 21 September 2019. EPA-EFE/KIMIMASA MAYAMA EDITORIAL USE ONLY/ NO COMMERCIAL SALES / NOT USED IN ASSOCATION WITH ANY COMMERCIAL ENTITY Photo by Icon Sport – Aaron SMITH – International Stadium Yokohama – Yokohama (Japon)

SECONDE LIGNE : Alun Wyn JONES (PDG)

  • Le capitaine gallois, qui disputait sa quatrième Coupe du Monde à 34ans, a mené son équipe à la 4ème place de la compétition pour la deuxième fois de son histoire après 2011. Travailleur de l’ombre, et précieux en touche il a disputé six rencontres pour 79 plaquages au total (le meilleur total de la compétition).

TROISIEME LIGNE AILE : Pieter Steph DU TOIT (AFS)

  • Tout fraichement élu meilleur joueur du monde, le flanker Springbok n’a fait que confirmer son statut d’éternel espoir à son poste. Avec un essai, 28 courses et 61 plaquages, il possède toutes les qualités du troisième ligne moderne. A seulement 27ans, le futur semble radieux pour le joueur des Stormers.

TROISIEME LIGNE AILE : Sam UNDERHILL (ANG)

  • Il a été la révélation côté anglais pendant cette Coupe du Monde. 1m86, 106kg à seulement 23ans, il s’est montré efficace aux quatre coins du terrains. 90% de plaquages réussis pour un total de 69 plaquages au total. Offensivement, il n’est pas en reste avec 80 mètres parcourus, 2 franchissements et 3 défenseurs battus.

TROISIEME LIGNE CENTRE : Ardie SAVEA (NZL)

  • Incroyable Coupe du Monde pour le flanker/numéro 8 All Blacks. Sur les 5 matchs qu’il a disputés, il a parcouru pas moins de 175 mètres ballons en mains et battu 16 défenseurs. Son abatage défensif est tout autant impressionnant avec 43 plaquages et 98% de réussite dans ce domaine. La relève de Kieran Read est bien assurée.

DEMI-DE-MELEE : Yutaka NAGARE (JAP)

  • Le demi de mêlée japonais, au physique atypique pour le rugby d’aujourd’hui (1m66, 69kg) a collé parfaitement aux ambitions de jeu nippones. Il n’a cessé de dynamiser le jeu de son équipe, en témoigne ses 362 passes et 16 relances à main. Il a parfaitement su tirer profit de la puissance de son pack en accélérant les sorties de balle.
Yutaka NAGARE of Japan during the Rugby World Cup match between Japan and Scotland at International Stadium Yokohama on October 13, 2019 in Yokohama, Japan. (Photo by Dave Winter/Icon Sport) – Yutaka NAGARE – International Stadium Yokohama – Yokohama (Japon)

DEMI D’OUVERTURE : Handre POLLARD (AFS)

  • Le numéro 10 Springbok a éclaboussé la compétition de son talent. Derrière un pack dominant, il a parfaitement géré l’animation offensive de son équipe. Meilleur réalisateur de la compétition avec 69points (tous inscrits au pied), le futur Montpelliérain a montré toute la maturité dans son jeu à seulement 25ans.

AILIER : Josh ADAMS (PDG)

  • Meilleur marqueur de la compétition avec 7 réalisations, l’ailier gallois a largement contribué à la 4ème place de son pays. 52 ballons portés, 18 franchissements, 16 défenseurs battus et 390 mètres parcourus pour le joueur de 24ans, qui s’est imposé dans l’équipe du XV du Poireau souvent en difficulté offensivement.

CENTRE : Damian DE ALLENDE (AFS)

  • Présent sur chaque match de son équipe, le centre Springbok a réalisé une Coupe du Monde époustouflante. 2 essais, 235 mètres parcourus, 4 offloads, 4 franchissements, pour le joueur de 27ans. Également imperméable en défense avec 50 plaquages réussis, il a su mener son équipe au titre mondial par son style de jeu complet.

CENTRE : Virimi VAKATAWA (FRA)

  • L’ancienne star mondial du rugby à VII a su prendre ses responsabilités dans l’animation offensive des Bleus. Sur les trois matchs qu’il a disputés, le joueur du Racing92 a parcouru 152 mètres, battu 12 défenseurs et marqué deux essais. Les 6 offloads réussis ont permis de mettre sur orbite ses coéquipiers des lignes d’arrière.

AILIER : Semi RADRADRA (FID)

  • C’était annoncé et il l’a fait. Le joueur de l’UBB a fait le show sur les quatre rencontres jouées. 2 essais, 62 courses ballons en mains, et 400 mètres parcourus ballons en main ont suffi pour faire du fidjien, un des joueurs les plus spectaculaires de la planète rugby.

ARRIERE :  Beauden BARRETT (NZL)

  • Malgré des performances irréprochables, l’arrière néo-zélandais n’aura pas réussi à amener son équipe à un troisième titre mondial consécutif. 3 essais, 460 mètres parcourus ballons en mains, 24 défenseurs battus, Barrett a fait du Barrett dans le texte.
New Zealand’s Beauden Barrett (left) is challenged by Wales’ Josh Adams during the 2019 Rugby World Cup bronze final match at Tokyo Stadium. Photo by Icon Sport – Beauden BARRETT – Josh ADAMS

Source : worldrugby.com

  • Gillen Gamiochipi

    Gillen est data-journaliste et responsable éditorial de Branchez Rugby.

  • Afficher les commentaires

Your email address will not be published. Required fields are marked *

comment *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous devriez aussi aimer

Angleterre – Afrique du Sud : depuis 2016, les Anglais dominent

Samedi, Anglais et Sud-Africains s’affrontent pour décrocher le titre mondial à Yokohama. Même si ...

Itoje vs Etzebeth, symboles de l’opposition de style entre Anglais et Sud-Af’

Impressionnants de puissance lors de chacune de leur demi-finale, Anglais et Sud-Africains voudront imposer ...

Coupe du Monde : « Une ferveur locale prête à nous faire chavirer de bonheur à chaque instant »

Le Japon : l’équipe de tous Calfeutrés derrière un agglomérat de nippons, notre aventure commença ...