Pau : encore beaucoup de travail pour atteindre les objectifs fixés. Analyse de la saison 2019-2020 en 10 stats.

Après une saison 2017-2018 encourageante, conclue à la 8ème place (à seulement 3 points de la qualification), la Section Paloise est rentrée dans le rang : 11ème la saison suivante puis 12ème cette année. L’ambitieux club béarnais va devoir profondément revoir son fonctionnement pour enfin atteindre ses objectifs. Analyse de la saison 2019-2020 en 10 stats.

7. Entre la 10ème et la 16ème journée, les Palois ont enchainé 7 revers consécutifs, plus longue série de la saison tous clubs confondus. Ils ont tout de même fini la saison sur un succès de prestige contre Montpellier (19-15).

12. Classé 12ème lors de l’arrêt du championnat, la Section a souffert de son gros passage à vide, alors que le début de saison avait été plutôt bon (3 victoires sur les 4 premières journées).

18. Avec seulement 18 points pris sur 45 possibles, Quentin Lespiaucq et ses coéquipiers n’ont pas été suffisamment performants au Hameau. 5 défaites à domicile, c’est beaucoup trop pour espérer jouer la première moitié de tableau.

2. 2 victoires à l’extérieur (à Clermont puis Bayonne) permettent à l’équipe d’éviter une dernière place au classement.

20. Portée par Hastoy, mais souffrant des absences et du manque de régularité de certains leaders (Slade, Mogg, arrivée tardive de Smith…), l’attaque paloise n’a tourné qu’à 20 points marqués par rencontre, soit l’une des plus mauvaises du championnat.

75%. La touche sera aussi un secteur à travailler. Avec seulement 75% de ballons gagnés sur leurs propres lancers, les Béarnais ont le plus mauvaise alignement du Top 14.

24. Avec 24 points encaissés en moyenne, la défense reste l’un des points forts de l’équipe. Sur cet axe, Pau fait mieux que des clubs comme Clermont, Castres, Agen ou Paris.

139. Demi d’ouverture au tempérament résolument offensif, Antoine Hastoy s’est imposé comme un titulaire en puissance au sein du XV béarnais. Son intérêt pour l’attaque et son jeune âge (23 ans) ne l’empêchent pas d’être un excellent buteur : avec 139 points marqués, il a même fini 3ème meilleur réalisateur du Top 14.

256. Arrivé à Pau en 2017, après une longue expérience de la Pro D2 avec Colomiers, Martin Puech est devenu en 3 ans un des meilleurs défenseurs de Top 14. Cette saison, il a tout simplement été sélectionné dans le XV type concocté par le fournisseur de statistiques Opta, notamment grâce à ses 256 plaquages (meilleur plaqueur du championnat). Cela représente tout de même 16 plaquages par match !

hoto by JF Sanchez/Icon Sport)- Martin PUECH – Pau (France)

8. 8 recrues sont d’ores et déjà annoncée en Béarn. Parmi elles, le jeune ailier français Elliott Roudil et l’excellent 2ème ligne australien Matt Philip (100% de titularisations en Super Rugby cette saison).

Merci à Allrugby pour les infos transfert.

  • Gillen Gamiochipi

    Gillen est data-journaliste et responsable éditorial de Branchez Rugby.