Lyon, Bayonne : quelles seront leurs chances en Top 14 ?

La Pro D2 aura été d’une logique imparable : les 2 clubs aux budgets les plus importants, Lyon et Bayonne, sont montés ! Et finalement, ils retrouvent l’élite une saison seulement après l’avoir quittée. Mais quelles seront les chances des 2 promus l’an prochain ?

Lyon : gros recrutement mais un effectif vieillissant

Avec un budget de presque 20 M€ (supérieur à plusieurs clubs de Top 14), le LOU était censé écraser la concurrence de la 2ème division : c’est ce qu’il a fait. Le club rhodanien dispose d’un effectif très riche : Arnold et Nalaga aux ailes, Bonnaire en 3ème ligne, etc. Titré très tôt, il a pu recruter également quelques jolis nom, comme Michalack, Bruni, Delon Ermitage ou Menini.
Le problème est que cet effectif est assez vieillissant : 28 ans de moyenne d’âge cette saison. Si l’expérience des joueurs est un excellent atout en Pro D2, elle ne suffit pas en Top 14. Le club s’était retrouvé dans la même situation il y 2 saisons.

Bayonne : Etcheto fait venir du monde de l’UBB

La descente de l’Aviron a peut-être été un mal pour un bien. Cela a obligé le club a mettre en place une stratégie de recrutement intelligente, à miser sur son centre de formation (Laveau, Gayraud, Visensang, etc.) : la moyenne d’âge est ainsi bien inférieur à celle du LOU (26 ans). Dans un même temps, quelques joueurs phares sont restés et ont confirmé qu’ils avaient clairement le niveau pour le Top 14 : Bustos Moyano a porté son équipe lors des phases finales grâce à sa fiabilité face aux perches, Monribot était proche du niveau international dans son apport offensif et défensif et la première ligne a fait le job !
La saison prochaine devrait se construire sur ce solide socle, avec l’ajout de quelques noms (2 anciens de l’UBB, Le Bourhis, Jauhlac, ont déjà signé).

Les autres clubs ont nettement progressé

Avec Simon Mannix aux manettes et le soutien financier d’un gros sponsor, la Section Paloise attire de nombreux sudistes. Et comme les premiers arrivés se sont montrés à leur avantage (Slade, Smith), il semblerait que la mayonnaise puisse prendre durablement. Avec l’un des publics les plus fidèles et un effectif stable, La Rochelle a vite acquis son maintien cette année. En progrès constant, l’équipe regarde vers le haut.
Brive a réalisé un excellent début de saison 2015-16, jusqu’à intégrer le Top6. La 2eme partie a été de moins bonne facture mais le CAB progresse aussi. Pour le Stade Français, il s’agit certainement d’une année sans : l’effectif est jeune et surtout talentueux. Il demande juste à gagner en profondeur pour retrouver les phases finales. Enfin, Grenoble doit simplement progresser sur ses fins de saison.

Globalement, tous ses clubs n’ont pas vraiment été inquiétés par la relégation et sont en progrès. Même avec un budget compétitif et un effectif renforcé, la lutte sera rude pour Lyon et Bayonne.

  • Gillen Gamiochipi

    Gillen est data-journaliste et responsable éditorial de Branchez Rugby.

  • Show Comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *

comment *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous pourriez aimer aussi

Delon ARMITAGE (Toulon-Montpellier)

Montpellier n’aime pas Mayol

Après un début de saison compliqué, Toulon s’était relancé en allant gagner au Stade ...

De Marco, Marques, O’Connor : 3 joueurs qui cartonnent avec leur nouveau club

Mickael de Marco et Agen, c’était fait pour « matcher » Après 2 années sans trop ...