En attendant la fin du Top 14, les stats du leader, Bordeaux

Après de longues années d’inconstance  parfois de malchance, l’UBB semble avoir trouvé la bonne formule : niveau de jeu constant sur les 2 compétitions (Top 14 + Challenge Cup), meilleure rigueur défensive, émergence de jeunes joueurs conjugué à des stars au top de leur niveau et surtout un management qui fonctionne. L’effet Christophe Urios est en effet incontestable : le club girondin est leader du Top 14, avec 8 points d’avance sur Lyon, le 2nd, et 21 sur le 7ème (premier non-qualifié virtuel). A 9 journées de la fin (sauf changement lié à l’actualité), les Bordelo-Béglais sont sur le chemin d’une saison historique.

Le point fort : une attaque performante partout

Sans conteste, le point fort de l’UBB est son attaque.  Avec 28 points marqués par match, elle est la meilleure du championnat. Avec des joueurs comme l’ouvreur international, Cordero, Ducuing ou Radradra, l’équipe est naturellement tournée vers l’attaque. Elle aime porter le ballon (52% de possession, 1ère) et marque donc beaucoup d’essais : plus de 3 par rencontre.  A l’inverse, les buteurs girondins tentent et réussissent peu de pénalités (38 seulement depuis le début de saison, plus faible total du championnat). Mais cela est simplement une conséquence de la mainmise habituelle des Girondins sur les rencontres.

Autre élément marquant, Jalibert et ses coéquipiers ont un niveau de performance offensif quasi-équivalent à l’extérieur (24 points marqués par rencontre, meilleure moyenne du Top 14) qu’à domicile (32 points, 2ème meilleure moyenne). Cela leur permet de compter 4 victoires en déplacement (pour seulement 3 défaites) et d’être invaincus à domicile.

Le point à améliorer : la touche

Difficile de trouver un point faible dans la saison de l’UBB… La touche girondine peut toutefois encore progresser. Avec seulement 78% de ballons gagnés sur leurs propres lancers (contre 83% pour la moyenne des clubs), elle est en souffrance et prive les lignes offensives de davantage d’opportunités. Pourtant, les sauteurs de talent ne manquent pas (Cazeaux, Woki, Roumat…). Mais ils s’illustrent davantage sur les contres (30 prises sur lancers adverses) que sur leurs propres touches.

La dynamique du moment : 8 victoires en 9 journées

Jusqu’à l’arrêt du Top 14, Bordeaux-Bègles surfait sur une série de8 victoires sur les 9 derniers matchs ! Jamais le club n’avait connu une telle euphorie, surtout à l’extérieur où il s’est imposé à 3 reprises sur les 4 derniers déplacements.

Le joueur clé : Semi Radradra, évidemment

Pour sa 2ème et dernière saison à l’UBB (il part à Bristol la saison prochaine), Semi Radradra marche sur l’eau. Positionné au poste de 2nd centre, le Fidjien est très régulièrement décisif : 5 essais marqués en 6 titularisations, des courses dans la ligne défensive sans équivalent, une capacité inédite à mettre de la continuité dans le jeu… Il est le facteur X de l’équipe girondine.

Photo par Baptiste Fernandez/Icon Sport – Semi RADRADRA – Stade Chaban-Delmas – Bordeaux (France)
  • Gillen Gamiochipi

    Gillen est data-journaliste et responsable éditorial de Branchez Rugby.

Vous devriez aussi aimer

Bilan stats – Clermont : Dans la course malgré des loupés à Michelin

Avant le début de chaque saison, l’ASM était une des équipes qui ressortait parmi ...

Notre XV type de la première partie de saison

En cette période de repos forcé pour tous les acteurs du Top14, l’équipe de ...

Bilan stats – Top 14 : Montpellier, une belle machine offensive… en difficulté à l’extérieur

Le MHR a enregistré l’arrivée de Xavier Garbajosa en provenance de La Rochelle afin ...